j'en ai marre de raler tout seul ... j'partage

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 20 août 2011

Règle d'or dure

C'est un peu long entre deux coup de gueule, j'en conviens, mais comme je suis pratiquement le seul à me lire je ne m'en veux pas trop !

Mais là c'est encore trop.

La règle d'or ? Encore un foutage de gueule comme dirait mon ami Alain.

Comme on vient de s'asseoir allègrement sur le pacte de stabilité européen fixant à 3% du PIB le déficit des états membres, il est urgent de modifier la Constitution pour y inscrire l'obligation d'équilibre.

Hallucinant que nos dirigeants soient aussi pitoyables. Pour une fois, s'il commençaient par le faire avant de l'écrire, ils seraient plus crédibles.

On dirait une cour d'école, mais malheureusement pas grande, toute petite même l'école : "comme c'est pas écrit j'ai le droit de pas le faire, na !"

Moi je suis bête mais pour l'augmentation de la TVA à condition de baisser fortement les charges sociales SALARIALES et d'augmenter les minima sociaux, et un peu les charges sociales patronales. C'est un bon moyen de revaloriser les importations au profit des produits nationaux.

Mais bon ... je suis bête je vous dis (m'en fout y a que moi qui lis.)

En attendant au cours actuel du métal, avec une règle d'or on aurait gagné des euros.

samedi 15 mai 2010

C'est inter(dit) net

Un mort c'est dommage. Surtout à 20 ans et en chutant bourré d'un pont. A la bataille navale il aurait gagné : pas un coup dans l'eau !

C'est surtout triste pour sa famille qui lui voyait sûrement un autre avenir.

Mais bon, ça y est la folie revient : après Myard et sa méthode chinoise, voici à nouveau tous les beaux élus qui tirent sur l'internet. En plus c'est très lâche, il ne peut guère se défendre tout seul !

Une fois de plus, nos politiques, qui ne savent rien prévenir et pas souvent guérir, se regardent le nombril et trouvent LA solution : réglementer.

UN mort. On devrait dire un des nombreux morts de ce long week-end, d'alcool ou d'autre chose. Sûrement pleins d'occasions de réglementer dans le vide plutôt que de régler quelques problèmes de société.

Au fait pourquoi ça marche ces apéros géants : envie de convivialité, mal être, contestation, désœuvrement ... ?

Pas de cause recherchée, juste une solution bateau de plus qui ne sera même pas appliquée. Pas grave les média en parlent. On s'occupe de nous.

Je propose directement les prochaines étapes : suppression des SMS (attention à la mort des radios !), temps limité au téléphone, demande de ligne au ministère des PTT, interdiction des rassemblements de plus de 2 personnes, nomination du bourreau Samson à l'Intérieur et de Fouquier-Tinville à la Justice, prohibition de l'alcool aux moins de 40 ans sauf ticket de rationnement, la télé d'Etat (ah bon, c'est fait ?) ...

Et si on s'intéressait à l'Education, au Sport (autre que les Coupes du monde), au Travail, au Pouvoir d'achat (oups, ça il paraît qu'on s'en occupe déjà, sorry) ... quelque chose de positif pour les jeunes quoi.

Qui ça ? les jeunes ?

samedi 21 novembre 2009

Deux doigts d'honnêteté

Ah le beau sport professionnel !

103 minutes pitoyables puis deux doigts qui trainent pour empêcher un ballon de sortir, une main qui supplée les pieds ; et tout le monde se divise. Il fallait faire ci ou ça ...

Bien sûr que le joueur ne dit rien spontanément : il veut pas se faire taguer son gros 4x4 ou passer la bite au cirage dans le vestiaire (alors qu'étant déjà noir ça ne se verrait presque pas ; dans le feu de l'action on ne pense pas à tout).

Cela dit, avant de mettre la vidéo il ne faudrait pas faire arbitrer des matchs internationaux par des aveugles muets : non content de ne pas voir la faute, l'homme au sifflet -ne maîtrisant peut-être pas la langue de Voltaire- omet de demander à Henry pourquoi les Celtes courent partout en criant hand, hand !

Faut pas la lui faire au Suédois, il sait bien lui que c'est du foot !

Ou alors, tout bêtement, il est sourd !

Enfin, pour clore le banc, la FIFA décrète impossible de rejouer ce match ; impossible de montrer aux yeux du monde que le football est un jeu et que vraiment ça gâche la fête d'être arbitré par un sourd-muet aveugle.

Avouez, vous faites semblant d'être contents, histoire de pas faire votre père la morale mais bon, là, sous la pomme d'Adam, il y a comme un truc qui gène.

Pendant ce temps, si les Irlandais cherchent désespérément leur trèfle à quatre feuilles (de match), super Raymond gagne au Loto : 862 000 € pour la qualif. Sans même braquer un fourgon, gagner un match ou même acheter un billet (vu le truc autour de son cou, il a bien dû rentrer gratis au stade).

Avec ça, les deux doigts c'est pas dans le nez qu'il nous les met.

dimanche 1 novembre 2009

Tous pas très sains

1er novembre et encore des tonnes de chrysanthèmes déversés sur les bonnes consciences des vivants.

Pour ma part, c'est tous les jours que je pense à ma mère, pas seulement ce jour autocratiquement décidé pour rassurer les visiteurs annuels de cimetières.

Sans compter tout le CO² déversé par ces milliers de pots ... d'échappement.

Je ne trouve décidément pas la Toussaint très saine !

mardi 20 octobre 2009

Le mérite des cloaques

23 ans et en deuxième année de fac ça relève tellement du génie qu'il faut être ministre (et surtout vouloir le rester) pour tenter de s'y risquer.

Mais après tout, dans une République qui depuis 50 ans ne sait que faire prospérer des armées d'élus godillots rien de surprenant.

Ce qui me préoccupe ce n'est pas "l'élection" elle-même que l'idée saugrenue de confier la présidence à quelqu'un de 23 ans SANS AUCUNE EXPERIENCE !

C'est dire que les privilèges de naissance sont véritablement abolis ... surtout pour ceux qui n'en ont jamais eu.

En admettant même le génie, il est quand même rare de voir débouler un quidam directement Président sans passer par le moindre échelon intermédiaire. Ou alors l'Etablissement Public en question relève complètement de l'inutilité crasse et il est urgent de le supprimer.

Encore plus fort : c'est l'impétrant lui-même qui décide de ne pas être Président. Aucun des votants n'aurait eu le courage de le renvoyer à ses chères études.

La médiocratie n'a pas fini de marcher.

jeudi 5 mars 2009

Société à responsabilité limitée

Deux nouvelles affligeantes de plus sous notre soleil voilé par la "crise".

1. Il est impératif d'interdire la vente de cigarettes à des jeunes entre 16 et 18 ans. C'est pour leur santé (publique) et leur bien être.

On peut y voir aussi une déresponsabilisation de plus. Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, il me paraît difficile pour quiconque de cacher qu'il fume. Alors, si un de mes enfants arrive le soir après avoir fumé, je crains que ses explications aient quelques difficultés à me convaincre du contraire.

2. un site internet est créé pour faire les devoirs à la place de collégiens !

Déjà qu'ils n'en ont pas beaucoup. Une bonne occasion de leur montrer ce qu'est le mérite, bravo au concepteur qui y gagnera sûrement en publicité. Dommage il ne pourra pas en faire pour les cigarettes.

vendredi 6 février 2009

L'art de rien

J'ai longtemps cru que l'évolution des technologies était faite dans l'intérêt des utilisateurs. Grave erreur.

Constatant que le feu passager de ma C4 bourrée d'électronique et d'avertisseurs en tout genre était bêtement grillé, j'ai entrepris de le changer. Il est vrai que j'étais aussi poussé par mon imprévoyance et l'obligation que j'avais de partir tôt et de nuit le lendemain.

En cette période hivernale où la nuit tombe tôt, c'est armé de ma lampe de poche (à rechargement par dynamo) que j'entamais les hostilités.

Pour une guerre, c'en a été une ... et c'est moi qui l'ai perdu.

Outre que pour accéder à une pauvre ampoule, il faut démonter un cache totalement indépendant et sûrement mis là dans l'unique objectif d'embêter le mécano amateur, de surcroît sur un optique de 50 cm le trou pour accéder à l'ampoule ne doit guère dépasser les 5 cm de diamètre. Ne disposant pas d'une main d'enfant chinois, je ne peux donc y passer que 3 doigts.

Mais là ne s'arrête pas le calvaire ! Le ressort qui retient ladite ampoule est proprement impossible à dégrafer avec la main, quant à le remettre ...

Bref après 1h de bagarre, j'ai dû renoncer et me résigner à me rendre chez le concessionnaire.

Au mieux c'est fait exprès, au pire c'est de l'incompétence.

Dans les deux cas c'est pitoyable.

Nos ingénieurs ne sont vraiment plus des lumières !

mardi 9 décembre 2008

Adichats, compagnon râleur.

Certains jours sont plus sombres que d'autres, quelle que soit la couleur du ciel.

Aujourd'hui en est un !

Celui où le Bourguignon bougon et râleur mais si vif, droit et attachant nous a quitté.

Je ne le connaissais que depuis 5 ans et pourtant il reste cette impression diffuse que ça faisait une éternité. Comme ça sans raison apparente, un simple sentiment de proximité intellectuelle et de feeling.

D'emblée, nous appréciions les mêmes gens et ... inversement. Je lui dois, de ce point de vue, une bonne partie de l'aboutissement des projets que nous avions formés. Dommage qu'il ne puisse en profiter : on ne jouera plus dans la même cour que les autres.

Quoiqu'il en soit, ce cancer qui l'a rongé doit nous faire réfléchir, une fois de plus, à la fragilité de notre existence.

Carpe Diem, car que serons-nous dans deux ans ?

Tous ceux qui l'ont vu si fort, si enthousiaste, si excessif ne peuvent qu'être atterrés de la puissance et de la rapidité de l'attaque du Crabe.

Je pense à sa femme et à ses filles que je connaissais si peu mais dont il était si fier sous ses dehors détachés. Et je pense aux miens dans une telle situation !

Il faut des peines pour pouvoir profiter des joies. Mais franchement, celle-là, je m'en serais passé.

Adichats donc ami, nous ferons tout pour honorer ta mémoire et tous tes rêves fous dans lesquels nous étions plongés.

mercredi 1 octobre 2008

Un beau jour n'est pas un bonjour

Oui, oui, je sais. Trois mois pour trouver de quoi râler c'est un peu long.

Ce n'est pas le cas, simplement de temps en temps je réserve mes coups de sang à mes proches ;0),

Mais là je sens qu'il est temps que je reprenne mes partages.

Comme nous avons la chance d'habiter une commune rurale, nous profitons souvent des belles journées ensoleillées pour nous promener en famille au milieu des vignes.

Figurez-vous que nous ne sommes pas les seuls.

Et là, bêtement éduqué à saluer mon prochain le sourire aux lèvres, je plonge brutalement dans l'égoïsme de notre société. Assis mollement dans l'herbe pendant que les enfants goûtent, je regarde passer nombres de mes congénères en apparence tout à fait normaux : et PAS UN ne dit bonjour.

Bon je n'attends pas des effusions, des sourires ou mêmes des phrases mais l'absence de ce simple petit mot dans la bouche de gens qui nous passent devant en nous jetant un regard indifférent et en ignorant ostensiblement notre salut réduit à néant tous mes efforts éducatifs. Consternant.

Ni banlieue difficile, ni pays reculé et arriéré ... un village comme les autres près d'une grande ville. Et si on pourrait discuter de mon apparence physique, je vous assure que ma femme et mes enfants sont tout à fait charmants. Les bras m'en tombent.

Si au moins cette indifférence chronique ne touchait qu'une génération désabusée ! Même pas. Les séniors comme les chérubins nous marchent de la même façon sur les pieds.

Une note d'optimisme quand même. Pour cette troisième sortie dominicale, une paire de motards a garé ses engins devant les vélos enfantins, a ôté casque et gants et d'un même élan a répondu à notre imperturbable salut.

Incroyable. Les blousons noirs sont devenus plus polis que les mémères permanentées et emperlousées.

Et après on s'étonne qu'un gamin de 10 ans s'acharne à coup de pieds sur son enseignante. C'est pourtant simple comme bonjour.

mercredi 2 juillet 2008

Trous de balles

J'ai mis un certain temps à me décider à écrire sur ce sujet : la fusillade (organisée ?!?) de Carcassonne.

D'abord révolté par le fait (un fou, un maniaque de la gâchette, un poivrot, un dépressif ... ?), je me suis successivement placé du côté des victimes et du côté du tireur.

Ce dernier, 28 ans, est finalement celui qui en souffrira le plus longtemps : le remord de ne pas avoir fait ce qu'il fallait, de la négligence ...

Les victimes sont fort heureusement sorties de danger même si elles conserveront probablement des séquelles, au moins psychologiques. Il est vrai que pour ma part, j'aurai aussi quelques difficultés à emmener mes enfants voir de vaillants soldats trucider de méchants terroristes avec leurs balles à blanc. C'est quand même une drôle d'idée que de vouloir montrer la guerre à des enfants comme s'ils allaient au zoo.

Tout ça m'agace.

Mais non. Tout compte fait, c'est encore le ridicule de la situation qui me fait hurler.

Au moment où on décide de fermer des casernes, notre armée n'aurait pas d'autres ressources que de monter des numéros de cirques ?

Mal en plus.

- Quel est le sombre crétin qui, au mépris des règles de sécurité les plus élémentaires, écrit un scénario où les "terroristes" sortent du public ? Obligeant, par la même, le tireur à viser des enfants. Frissons garantis.

- Quel est le crasse irresponsable qui ne vérifie pas l'équipement des hommes chargés de cette pitoyable mise en scène ? Imaginons que le tireur ait été vraiment psychopathe : avec son famas, ce ne sont pas 17 blessés qu'il y aurait eu !

- Quels sont les cabots politiques qui essayent de nous faire croire que nous avons encore les moyens de conserver une armée digne de ce nom ? Les mêmes, au passage, qui ne se posent même pas la question de la démission devant un drame aussi grave !

On veut donner un sens à l'Europe ?

En voila au moins un. Une armée bien équipée qui pourrait intervenir où l'Union jugerait utile d'éteindre les incendies sous un commandement unique et indépendant des boute-feu nord-américains.

Si ce n'est pas vraiment mon rêve européen, ce serait quand même une réponse plus pragmatique que d'obliger nos soldats à faire les clowns le week-end pour sortir les cailloux de leurs lentilles.

Attention ! les méchants vont désormais se trimbaler avec des enfants pour effrayer nos vaillants soldats et leurs fusils mitrailleurs.

mercredi 25 juin 2008

Publicité de l'absurde

Tout à l'heure sort un nouveau rapport, dont, comme d'habitude, tout le monde connaît déjà le contenu.

Son sujet : le sort de la publicité dans le service public audiovisuel.

Avant toute chose, je précise. Voila un sujet dont je n'approfondirai jamais la question tellement je le trouve inutile.

Sauf qu'il entre bien dans le thème qui me préoccupe : râler devant le foutage de gueule comme Don Quichotte devant ses moulins.

On tente de nous expliquer que la suppression de la publicité sur les chaînes publiques ne vise qu'au bien être du téléspectateur de France Télévision, pauvre victime d'une erreur grossière de jugement.

L'argent privé au privé, l'absence d'argent public au public.

Rien à voir avec les amitiés, parrainages d'enfants et autres voyages d'agrément. Rien à voir non plus avec la vente future d'une société revigorée (provisoirement) pour s'attaquer à des marchés devenus plus juteux (énergie, transport ...).

Il n'y a vraiment que moi qui ai mauvais esprit !

Au delà de ces considérations qui me font penser que Copé sera Premier Ministre s'il arrive à nous faire gober ça sans broncher, le calcul me semble bien superficiel. Peut-il d'ailleurs en être autrement dans notre jolie société ?

Plusieurs constats :

1. TF1 longtemps leader incontesté des ondes hertziennes subit des claques successives (répercutées il est vrai à ses présentateurs vedettes !)

2. la TNT capte des ressources publicitaires grandissantes.

3. France Télévision dévisse moins ce qui l'autonomise relativement du Pouvoir (c'est aussi un sujet de réflexion à creuser).

4. Personne ne se pose le problème de la qualité mais seulement du volume financier. Pour quoi faire ? Rien. Ah si, du pognon facile.

Remède amical pondu par nos inimitables énarques : réduire la part des uns augmente celle des autres.

Ouais. Génial. J'ai encore bien fait de me lever ce matin pour entendre ça.

Vous conclurez tout seul : les 40% de téléspectateurs qui sont devant France Télévision n'y sont que pour la pub ! D'ailleurs ils ne manqueront pas à l'avenir de se précipiter sur TF1 ou M6 pour se délecter des spots entre deux tranches de film.

C'est évident puisque les publicitaires semblent prêts à doubler leurs écrans et leur volume pour les charmer. Ils auront donc un temps de cerveau doublement disponible pendant que les handicapés de la télécommande se morfondront à regarder une pièce de Molière même pas coupée une seule fois ! Les ringards.

Toujours le même raisonnement macro économique, globalement ça semble revenir au même : 40% touchés deux fois égale 80%.

Sauf que ça touche quand même deux fois moins de monde. Ne le répétez pas , ça pourrait chagriner les membres de la Commission qui a travaillé pendant tout ce temps sans s'en rendre compte.

Finalement, ce sera facile de gagner du pouvoir d'achat en 2009 : il suffira de regarder France Télé après 20h pour ne pas être tenté d'acheter des trucs inutiles !

mercredi 18 juin 2008

Pour une fois !

Oui, pour une fois je ne râle pas.

Inutile de dire que la défaite annoncée des footballeurs français me laisse aussi froid qu'une tranche de jambon oubliée par Jean-Louis Etienne sur la banquise un jour de blizzard.

Comme d'habitude le manque de chance, l'arbitrage et autres circonstances tout à fait fortuites dans une rencontre sportive expliquent à eux-seuls une élimination forcément imméritée.

En tout cas, on ne pourra pas dire que les Pays-Bas n'ont pas tout fait pour se rattraper de leur victoire idiote contre nous, en gagnant leur match face aux Roumains avec 9 non titulaires et une envie de courir probablement aussi forte que celle de la mamie entrant faire ses courses dans son hypermarché.

A ce sujet (les hyper pas les Pays-Bas, je ne comprends toujours rien à cette langue ... faut suivre), pour me réchauffer je suis tombé sur l'EXCELLENTE émission de France5 : C dans l'air. Objet donc de ma relative bonne humeur passagère.

De vrais questions utiles, posées par un vrai journaliste curieux (c'était déjà vrai sur Europe1 à l'époque où c'était encore une radio pluraliste), de vrais réponses apportées par des invités choisis et complémentaires. Bref un cocktail vraiment réussi sur des sujets très divers mais souvent de fond.

Cette fois, c'était l'inflation. Clair, net, précis pour nous expliquer qu'on a pas grand chose à faire sinon arrêter de dépenser les quelques euros qu'on gagne en gadgets inutiles et de plus en plus fabriqués en Chine pendant que les Allemands produisent des machines et que les Asiatiques et Moyen-Orientaux achètent nos plus belles entreprises.

Un instant j'ai même cru qu'on ne me prenait pas pour une buse (même simple). Sensation aussi fugace qu'agréable.

Ben oui. Au delà des déclarations péremptoires et des rodomontades médiatiques de nos apprentis sorciers politiques, il existe bien des équilibres économiques forts, mondiaux et récurrents qui font schématiquement celui qui vend plus malin que celui qui achète. Etonnant non ?

J'ai même rajeuni de 20 ans en replongeant à l'époque où mes fonds de pantalons s'usaient sur les planches rustiques des amphis d'économie.

Je me demande si ça ne ferait pas du bien aux footballeurs de regarder Yves Calvi avant un match !

samedi 14 juin 2008

L'Europe se cramponne, la France dévisse

Euro. Voila un joli nom.

Malheureusement, pour la France, l'homonymie entre monnaie et compétition de foot ne s'étend pas à son évolution .

Comment est-il possible de se faire laminer au football par un pays qui a voté non, comme nous, à la constitution européenne ?

C'est vrai que plus jeunes, plus rapides, plus enthousiastes, plus attaquants ça fait beaucoup de qualité des Oranges à contrer par les grognards Bleus. Mais où est la solidarité des citoyens européens ?

Un bon 0-0 aurait montré, en ce jour de vote négatif irlandais, que l'Euro peut être aussi enthousiasmant que l'Europe.

Une occasion historique manquée par les bataves qui n'ont pas compris que nos joueurs protestaient, par une marche lente et silencieuse, contre l'escroquerie politique du Traité Simplifié.

A moins qu'ils n'aient de leur côté opté pour une grève du zèle : 4 à 1 c'est assez efficace.

Faudrait voir à s'entendre sur les moyens la prochaine fois ! Faut pas se tromper de but.

Ou alors, ils ont simplement voulu faire comprendre aux élus de tous poil que pour faire une équipe il faut d'abord harmoniser les règles entre tous ceux qui les utilisent. Allez savoir. Personnellement je n'ai jamais rien compris à cette langue.

D'ici à ce, qu'en plus, ils optent pour une haie d'honneur de 90 minutes mardi soir pour marquer l'entrée de la Roumanie et c'est le Traité de Rome qui prendrait une claque. A la Clairefontaine, les nôtres s'en retourneraient promener. L'eau y serait quand même un peu saumâtre.

Mais il est vrai que le Mini de Lisbonne est mieux parti sur le terrain que dans les urnes, alors pourquoi pas un Microscopique Traité de Bucarest ?

De toute façon il faut d'urgence faire quelque chose d'utile, sinon on va se retrouver De Villiers sélectionneur national. Domenech, s'il a un gardien du Puy, est quand même moins Fou.

En revanche, tout ayant un bon côté, la monnaie, elle, continue de flamber. Nos vaillants guerriers du ballon rond pourraient donc profiter de meilleures et plus longues vacances, loin de la vieille Europe et de ses atermoiements, avec une fois et demi plus de dollars.

Au retour, reposés, ils pourraient marquer notre solidarité en prenant une volée contre l'Irlande.

lundi 9 juin 2008

Mercure a du plomb dans l'aile

Plus il y a d'organismes qui veillent sur nous, plus on se fiche de notre bobine.

Et moi, franchement, ça me gonfle.

Un exemple : il paraît qu'il y a du PCB dans le Rhône et qu'en plus ces idiots de poissons s'en gavent.

C'est pas vrai ? dans le Rhône ?

En réalité ça fait près de 20 ans que "les autorités compétentes" le savent. Mais si quelque chose avait été fait, l'industrie de Rhône-Alpes aurait sûrement dû dépenser beaucoup d'argent.

La crainte du chômage qui monte et des industries qui délocalisent est souvent plus forte que la santé ou même la pourtant fameuse précaution. Si au moins cela servait de leçon. Mais Tchernobyl, OGM et autres huiles minérales nous prouvent régulièrement que non.

Je vais même en rajouter une petite couche : il n'y a pas que du PCB dans le Rhône (et ailleurs aussi) !

La quantité d'ions de Mercure -entre autres- qui flotte jusqu'en Méditerranée risque coller la sclérose en plaque à plus d'un vacancier insouciant. A moins qu'Alzheimer ne leur fasse oublier où ils se sont baignés.

Oui, le mercure est un gentil métal qui donne la température dans les thermomètres de nos grand-mères, mais aussi un méchant destructeur de leurs neurones. Et il se fixe avec une rare obstination dans les tissus des poissons gloutons.

Devinez qui mange les poissons ? Gagné.

Le bon côté des choses c'est que nous aurons plein de cas à étudier pour développer les médicaments. Çà fera des emplois.

Et puis de toute façon, il n'y aura bientôt plus de pécheurs en Méditerranée, donc moins de poissons consommés. Les dauphins claqueront tout seuls.

Le pétrole cher, sûrement une idée du plan Alzheimer.

jeudi 5 juin 2008

Dépité minéralogique

Heureusement tout va pour le mieux dans notre beau pays.

La preuve : 180 députés forment un collectif pour conserver le numéro de département sur les plaques minéralogiques !

Finis le déficit commercial abyssal, l'augmentation des carburants, la croissance molle, le chômage en augmentation, le dilemme des OGM, la pollution ... près du tiers de nos élus font une priorité ... d'un numéro mis en service le 1er avril 1950.

Est-ce l'art de la diversion ou celui du ridicule que cultivent nos élus ? Dans les deux cas cette polémique est aussi inutile que pitoyable.

"Que la vie serait belle en toutes circonstances
Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards.
Preuve peut-être bien de votre inexistence.
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part ..."

chantait Georges BRASSENS en 1972.

Je suis triste de voir que rien n'a évolué en près de 40 ans et qu'à l'heure où l'Europe est à peine suffisante pour sauvegarder notre économie défaillante, on peut être chargé de voter des lois qui engagent notre avenir et attacher encore autant d'importance à un numéro administratif.

Je ne suis pas né dans le département que j'habite. Devrais-je demander un passeport ? Pointer au commissariat ?

Affligeant.

Laissons la géographie à l'école et les plaques à Big Brother.

Plaque 2009

De toute façon, nos enfants perdus dans leurs consoles, leurs téléphones ou autres DVD et gadgets à venir se foutent comme d'une guigne des plaques des voitures.

Au fait, il est de quel département Super Mario ?

dimanche 1 juin 2008

Sport de pauvre ou pauvre sport ?

Les nouveaux jeux du cirque sont arrivés. Plus faciles d'accès (la télé nous sert et nous ressert), moins violents (la mise à mort du sportif est assez rare !) mais tout aussi importants pour nous faire oublier de réfléchir que leurs ancêtres romains.

Pendant que nous vociférons dans les stades ou les canapés devant les performances plus ou moins réussies et plus ou moins naturelles des professionnels du sport/spectacle, l'essence, le pain, les impôts et tout plein d'autres choses continuent à augmenter.

Panem (cervisia plutôt aujourd'hui) et circenses restent une devise actuelle des gouvernants.

Cela explique les sommes astronomiques brassées par le sport professionnel - d'ailleurs très sponsorisé par les brasseurs ;0), -

Si au moins tout le monde en profitait !

  • Quel stade accueille correctement le public ? Et le sport amateur ?
  • Combien de salles omnisports de bonne qualité et accessibles ?
  • Combien de piscines pour nos enfants à l'école ?
  • Combien de pistes d'athlétisme ouvertes le dimanche ?

Les exemples sont innombrables de cette médiatisation surfaite des sportifs professionnels (qui, bien sûr, ne sont dopés que lorsqu'ils sont partis à la retraite) en face de la médiocrité des moyens mis à la disposition du sport amateur.

Et pourtant, régulièrement on pleure sur le sort de nos "pauvres" Clubs professionnels qui, écrasés par les charges et sous-payés par les medias, ne peuvent pas augmenter encore leurs chéris survitaminés.

C'est sûrement parce qu'ils ne rapportent rien que tout un tas de milliardaires (Lagardère, Colony Capital, Aulas, Dreyfus ...) se battent pour y "investir".

Tous des mécènes ? Faudrait pas nous prendre pour des billes non plus !

Pendant ce temps, comme dans mon club de basket, des gens supers se battent tous les jours pour former ou divertir plus de 150 jeunes et moins jeunes avec 30 000 € par an.

200 € par personne et par an ! 10 secondes du salaire de Thierry Henry.

Allez. Coupez la télé et allez boire votre bière à la buvette du club le plus proche.

vendredi 30 mai 2008

La fumée nous terrasse

Tant qu'on y est restons dans le sujet du tabac, décidément très à la mode ces temps-ci.

Je précise que je ne fume plus depuis ma tendre adolescence. Je n'ai d'ailleurs aucun mérite : j'ai les yeux qui pleurent en présence de fumée.

Cette tare congénitale fait que je suis rapidement géné par la fumée des autres. D'accord, mais ils n'y sont pour rien, non ?

Aussi, suis-je encore effondré d'entendre sur une de mes radios préférées (les deux comportent 3 lettres !) qu'on se pose la question d'interdire le tabac sur les terrasses des bars et restaurants. Et le journaliste trouve des témoignages du genre : "je me souviens UNE fois, nous avons été obligés de changer de table parce que la fumée de nos voisins nous génait".

Donc si je comprends bien il existe, dans NOTRE pays empreint de liberté, de tolérance (?) et de joie de vivre, des gens qui sont prêts à laisser interdire quelque chose (en l'occurence fumer DEHORS) parce qu'ils ont été génés UNE fois !!

Plus besoin de remettre en cause l'héritage de mai 68 ... c'est déjà fait >:0(,

mercredi 28 mai 2008

Ceux qui se font mousser nous rasent

Voila un mal bien de chez-nous.

Remarquez bien qu'il ne se passe pas un jour sans qu'un responsable d'un Comité National, d'une Mission Interministérielle ou d'un quelconque Machin plus ou moins officiel nous assène une nouvelle idée plus définitive que la précédente. Quand ce n'est pas un Ministre ou un Président !

Remarquez aussi combien cette idée tend plutôt à interdire qu'à permettre, toujours bien sûr au nom de l'intérêt général ou du principe de précaution ... qui pourrait être contre ?

Par exemple, prenez la sûrement charmante Mme Touré, chargée d’études et de communication au Comité National contre le Tabagisme.

Que nous propose-t-elle hier matin ? Que les buralistes ne puissent plus avoir de paquets de cigarettes visibles derrière leur comptoir ; ça incite les jeunes à fumer.

Voilà une idée qu'elle est bonne, comme disait le regretté Coluche.

Puisque le Comité n'arrive pas à faire comprendre à ces ados obtus que le tabac n'est pas bon pour leur santé, il suffit de le leur cacher. Facile, suffisait d'y penser.

Dans le même ordre d'idées stupides :

- si on mettait sous verrous les bouteilles d'alcool dans les grandes surfaces, personne ne boirait plus !

- si on cachait les voitures chez les concessionnaires ... plus d'accidents (du même coup plus besoin de radars automatiques, plus d'engorgement des tribunaux, plus de pénurie de pétrole, plus de pollution : super efficace non ?)

- si on rangeait les écrans de télé ... plus de publicités idiotes qui font grossir nos enfants.

- ...

Il est urgent d'arrêter de penser pour les autres quand on se croit plus malin. Vouloir supprimer les risques c'est aussi arrêter de créer, de réfléchir ... de vivre. Mais bon ne rêvez pas trop vous ne dépasserez guère 120 ans quand même.

Et si on mettait tout le monde dans des placards ? ça ferait au moins du boulot pour les menuisiers !